Récents billets

Trouver un traducteur compétent à Montréal

Contribution Myles McKelvey, traducteur agréé

Pour séparer le bon grain de l’ivraie, voici cinq questions essentielles à poser :

1. Quelle est la qualification du traducteur?

Avant de choisir un traducteur, vérifiez toujours sa qualification. Possède-t-il un diplôme pertinent? De quelle université? La triste réalité est que la plupart des traducteurs de Montréal font ce métier un peu par hasard. Bon nombre de ces « traducteurs » (remarquez l’importance des guillemets) n’ont peu ou pas de formation dans ce domaine et la majorité d’entre eux se contentent d’improviser. Les entrepreneurs avisés connaissent cependant l’importance de faire appel à des traducteurs compétents parce que seul un traducteur de métier sera en mesure de produire systématiquement des traductions de haute qualité et d’allure professionnelle, à l’image des produits et services de l’entreprise.

2. Combien d’années d’expérience à temps plein possède-t-il?

À Montréal, plus d’un s’accorde le titre de traducteur malgré son emploi à temps plein dans un domaine sans rapport, comme s’il s’agissait d’un passe-temps. Pour toute autre profession, ce serait évidemment totalement inacceptable. Personne ne songerait à consulter un dentiste qui arrache des dents à l’occasion, quand son horaire de pilote d’avion professionnel le lui permet, non plus qu’à monter à bord d’un vol piloté par un dentiste. Vérifiez donc toujours si le traducteur potentiel possède plusieurs années d’expérience en traduction à temps plein et s’il fait affaire avec d’autres professionnels de son domaine plus expérimentés pour la révision de ses textes et le perfectionnement de ses compétences.

3. Quelle est sa langue maternelle?

Cette question peut paraître triviale, mais de nombreux traducteurs affirment pouvoir traduire tout aussi bien de l’anglais au français que du français à l’anglais. Ce ne sont là cependant que des promesses en l’air. Bien qu’un francophone puisse avoir une excellente maîtrise de l’anglais, certaines nuances et spécificités culturelles peuvent néanmoins lui échapper lorsque cela se transpose à l’écrit. Et l’inverse est bien sûr tout aussi vrai. En ne faisant appel qu’à des traducteurs qui traduisent dans leur langue maternelle, vous vous assurez d’une fidélité culturelle et linguistique optimale; vos textes sauront ainsi « parler » directement à votre public cible.

4. Quelle est sa spécialisation?

Méfiez-vous des « touche-à-tout ». Les traducteurs qui affirment être compétents dans tous les domaines sont rarement particulièrement doués dans tout, voire dans quoi que ce soit. Si votre traducteur vous dit être un « expert » dans de nombreux domaines, il s’agit souvent d’un signal d’alarme. Un authentique traducteur choisira généralement plutôt de se spécialiser dans un nombre restreint de domaines, comme la traduction légale, médicale ou littéraire.

5. S’agit-il d’un traducteur agréé?

Comme pour tout autre professionnel, lorsque vous faites appel à un traducteur agréé, vous vous assurez que ses compétences répondent aux exigences de son ordre et qu’il possède la formation et l’expérience nécessaires. Au Québec, les traducteurs membres de l’Ordre des traducteurs, terminologues et interprètes agréés du Québec (OTTIAQ) doivent détenir un baccalauréat en traduction ou un diplôme équivalent, en plus d’avoir suivi un programme de mentorat de six mois ou de posséder deux années d’expérience à temps plein. L’OTTIAQ exige également de ceux-ci une excellente connaissance de leurs langues sources et cibles, de même qu’une maîtrise impeccable à l’écrit.

Pour toutes ces raisons, il est donc toujours judicieux de choisir un traducteur professionnel agréé!

Myles McKelvey, traducteur agréé
Communications McKelvey inc.
Traduction – Révision – Rédaction
Un message clair est un investissement intelligent!

Google Traduction : Ne confiez pas votre image de marque à un traducteur robotisé

Collaboration spéciale de Myles McKelvey 
 

À priori, je désire préciser que l’objectif de cet article n’est pas de dénigrer l’outil Google Traduction (GT), mais plutôt d’indiquer où il est approprié ou non de s’en servir.

Si vous avez des clients ou des collègues qui vous écrivent dans une autre langue, il peut être très pratique d’utiliser GT pour comprendre le sens de ce qu’ils écrivent. Pareillement, vous pouvez utiliser GT lors de vos séances de navigation sur le Net, pour avoir une compréhension générale de l’information qui vous est présentée dans une langue étrangère. Durant vos voyages, vous pouvez utiliser GT pour communiquer avec les habitants locaux. Une traduction Google moins-que-parfaite peut même suffire aux communications informelles transmises d’un poste interne à un autre à l’intérieur d’une organisation. Vous comprenez, j’en suis certain : certaines traductions n’ont pas vraiment besoin d’être parfaites. Vous n’avez donc pas besoin d’utiliser tout le temps les services d’un traducteur professionnel.

Ceci étant dit, GT n’est définitivement pas le type d’outil que vous devriez utiliser pour promouvoir vos produits ou services. Les erreurs inévitables produites par GT auraient vite fait de donner à votre entreprise une image non professionnelle et de laisser à vos clients l’impression que vous ne vous souciez ni d’eux, ni de votre image de marque.

En traduction, le contexte est clé. Et c’est justement là où GT fait défaut, puisque l’intelligence humaine est nécessaire pour comprendre le contexte et bien traduire le message. À titre d’exemple, voici une phrase des plus simples : « The weather forecast is for showers. » Si vous l’entrez sur l’outil GT, le résultat sera « La prévision météo est douches. »  Un traducteur humain aurait évidemment compris que le mot « showers » signifiait « averses » dans ce contexte. Si GT fait des telles erreurs avec des phrases si simples, imaginez à quels résultats on peut s’attendre pour des phrases plus complexes!

De plus, GT est incapable de traduire correctement l’argot ou les expressions populaires. Par exemple, si vous entrez « It’s raining cats and dogs » dans GT, vous obtiendrez « Il pleut des chats et des chiens. » alors que la traduction exacte devrait être « Il pleut des cordes » ou « Il pleut des clous. »  Les expressions populaires et les idiomes sont souvent utilisés en publicité pour capter l’attention du lecteur et GT sera incapable de traduire correctement ces expressions la plupart du temps.

GT est une technologie créée par des humains et vise à être utilisée par des humains. Il n’a pas été conçu pour les remplacer. C’est un simple outil. Malgré que GT puisse être utilisé pour certaines fins pratiques, il n’est jamais approprié de l’utiliser pour traduire votre site Web, vos dépliants ou votre matériel marketing. Les traducteurs humains –et non des machines– sont les seuls en qui vous pouvez avoir confiance pour adéquatement et professionnellement traduire les messages d’importance que vous désirez transmettre. Après tout, la qualité de vos traductions en dit long sur votre soutien à la clientèle et sur votre image de marque!

Bonne traduction!

Myles McKelvey

Services de traduction, révision, rédaction

 

TP1 : le couronnement d’une réussite!

Le 25 novembre prochain, je serai aux premières loges pour témoigner et célébrer la réussite d’une jeune entreprise, qui comme bien d’autres PME, est née d’une idée, d’un rêve, la motivation et la persévérance pour faire de ce rêve une réalité.

Côtoyant de près et depuis plusieurs années le fondateur de TP1, Jan-Nicolas Vanderveken, mes souvenirs me ramènent quelques années en arrière où la deuxième chambre à coucher de son chic appartement l’accueillait, lui et son premier collègue, pour nous concocter d’hors et déjà des sites web ergonomiques et aux tendances du marché.   Aujourd’hui, l’ agence web TP1 a pignon sur rue, et avec des assises très solides, au 505 boul. Maisonneuve Ouest, où une équipe dynamique de professionnels en conception et design web s’affairent à donner vie à des sites Internet pour des clients de grande notoriété.

C’est avec grande fierté et enthousiasme que je lève mon verre au succès d’une entreprise québécoise qui reflète le dynamisme et la volonté de réussite dans un marché combien saturé et très compétitif.  Félicitations à TP1, son fondateur et toute son équipe.

Si vous êtes ami, client ou désirez faire connaissance avec jeune entreprise, rendez l’utile à l’agréable, vous êtes les bienvenus!

RSVP http://www.facebook.com/event.php?eid=250529851129.

Billets précédents

Comment faire les manchettes? Une question d’audace!

avril 19, 2010 par R L Communications

Lors d’une visite récente aux bureaux de The Montreal Gazette, l’éditeur de la section des affaires nous a donné quelques trucs pour augmenter nos chances de voir nos photos en page couverture du quotidien.
Je n’ai pu m’empêcher de me souvenir de cet entretien en commentant cette photo dans ma toute première capsule audio, dans le but de personnaliser davantage ma page Facebook et en ce moment-même mon blog!
http://www.radio-canada.ca/regions/Ontario/2010/04/19/002-talons-hauts.shtml

Première entrevue publique

mars 2, 2010 par R L Communications

La réalisation de cette entrevue a été grâce à la collaboration de Céline Milot pour son agence de production Plume d’Ange.
Je vous avoue que ce fut tout de même un peu intimidant, mais j’ai opté pour une approche plus spontanée afin de réfléter ma passion pour le métier et l’association, et je crois que la vidéo est un excellent témoignage.
Pour la visualiser rendez-vous à ma page Multimédia et pour la version en anglais, et bien, à la version anglaise de mon blog.
RLC

IABC/Montréal remporte les grands honneurs! Chapitre de l’année pour 2010.

janvier 30, 2010 par R L Communications

C’est avec grande joie que je vous annonce que l’IABC/Montréal remporte les grands honneurs au Leadership Institute de l’IABC à titre de Chapitre de l’année pour 2010.

Voilà une aventure qui a commencé à St-John’s, Terre-Neuve où deux naïfs personnages se sont donné comme objectif de raviver la flamme iabécienne à Montréal et se voient aujourd’hui couronnés des grands honneurs.
Bravo Yvonne, nous avons réussi!

Il paraît que la revange est douce au coeur de l’indien!  Oh oui!!!
RLC

Transfert de connaissances : une récompense, un devoir!

novembre 16, 2009 par R L Communications

Bien que je suis fatigué pour élaborer longuement sur la question, je veux simplement partager avec vous mon appréciation de la soirée d’aujourd’hui au cours de laquelle, j’ai pu patager beaucoup de connaissances avec des jeunes adultes de l’Université McGill.

J’arrive à la conclusion que j’ai acquis beaucoup de connaissances et accumulé tant d’expériences professionnelles, que les transmettre à d’autres est une récompense presqu’émouvante.

Donnez! C’est un geste noble.

Gala d’inauguration de la Chambre de commerce latino-américaine du Québec et accueil de sa nouvelle présidente.

octobre 17, 2009 par R L Communications

Hier soir, j’ai eu le privilège d’assister au Gala d’inauguration de la Chambre de commerce Latino-américaine au cours duquel Mme Marcela Diaz, nommée présidente l’association pour un mandat de deux ans,  a pris les rênes de l’association pour chapeauter des nouveaux défis commerciaux qui se pointent à l’horizon et offrir à ses membres un ensemble des services qui leur faciliteront une plus grande ouverture vers les marchés de l’amérique latine.  Ce fut pour moi un moment mémorable, d’en être témoin de l’évolution de la communauté latino-américaine au Québec et participer à son développement.

Avant tout, j’aimerais féliciter la présidente sortante, Mlle. Leidy Ojeda et son équipe, pour les efforts monumentales qu’ils ont fait dans l’organisation de cette soirée et de sa réussite.  Nous les félicitons pour avoir mis en place les assises du développement d’une association qui est déjà favorablement accueillie par des personnalités publiques et influentes, dont l’ancien Premier Ministre du Québec M. Bernard Landry, qui était présent à ce Gala et nous a fait cadeau d’un élogieux discours (ses chaleureuses paroles résonnent encore dans ma tête).

Cette soirée s’est avérée un événement fortement couru alors que la Ville de Montréal se prépare à des nouvelles élections municipales.  Le Maire M. Gérald Tremblay nous a transmis ses amitiés et éloges par le biais de son ambassadeur.  Nous comptions également avec la présence d’invités d’honneur dont M. Labonté et Mme. Soraya Martinez, délégués de Vision Montréal, ainsi que des représentants du Parti Conservateur du Canada.  Nous comptions également avec la présence de distingués diplomates du Mexique et de la Colombie, qui se sont empressés à encourager les efforts de l’association, ses membres et de la communauté latino-américaine établie au Québec.  Bref, une opportunité incontournable d’encourager, appuyer et assurer leurs visibilité auprès d’une nouvelle génération de professionnels et entrepreneurs dont les origines s’étalent du nord de l’Amérique jusqu’à la Terre de feu au sud.  Ils habitent le Québec et se veulent les ambassadeurs des opportunités d’affaires entre le Québec et Las Americas.

Cet événement a été également possible grâce à la participation des entreprises qui se sont impliquées sans hésitation, dont la Banque Scotia, Molson Coors et le Fonds de solidarité de la FTQ ; leur appui est grandement apprécié et applaudi.

Enfin, je salue l’arrivée de Mme Marcela Diaz qui annonce le début d’une nouvelle aventure pour la Chambre de commerce latino-américaine du Québec.  Je suis convaincu qu’elle saura mener à terme les objectifs établis, mais surtout d’assurer leur succès!

Sur une note personnelle, je partage avec vous mon enthousiasme et ma fierté de faire partie de cette association, ainsi que de contribuer à son succès.

Séries Pause-Café Webinaires

octobre 14, 2009 par R L Communications

Communiqués médias sociaux de CNW Telbec, pourquoi, comment et puis en suite?

Cette après-midi j’ai eu le plaisir de m’entretenir avec Manon Desrosiers et présenter à nos participants  à ce Webinaire l’avantage d’ajouter le communiqué médias sociaux à leur stratégie de communication.
Il s’agit d’un outil additionnel à la disposition de professionnels de la communication pour rejoindre non seulement les médias traditionnels, mais également ceux en ligne.

Si vous avez manquez ce rendez-vous, je vous invite à écouter cette présentation en archive à la page Événements CNW.

À propos de cette série pause-café webinaires du Groupe CNW Telbec : chaque mercredi, du 14 octobre au 11 novembre, prenez votre tasse de café et joignez-vous aux spécialistes de CNW qui animeront en direct un webinaire d’une durée de 15 minutes à propos de leurs produits et services respectifs. Nous aborderons les principaux aspects, offrirons quelques éléments intéressants qui satisferont même les utilisateurs les plus chevronnés des produits et services de CNW et allouerons suffisamment de temps pour répondre à vos questions.

 

Advertisements